Et tu n’es pas revenu – Marceline LORIDAN-IVENS

tunespasrevenu

Grasset, 4 février 2015, 112 pages

Présentation de l’éditeur :

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

Mon avis :

Un petit livre, tout discret, tout mignon, mais qui cache une grande question : comment vivre après la déportation dans un camp de la mort ?

La narratrice adresse une lettre à son père, tellement peinée d’avoir perdu celle que celui-ci lui avait adressée dans le camp d’Auschwitz où ils étaient déporté ensemble. Perdue la lettre, oublié le texte, sauf l’en-tête et la signature.

Bien sûr, il y a des redites sur le fonctionnement du camp que l’on a déjà lu cent fois ailleurs : pourquoi le nom de Canada pour l’atelier des vêtements ; la manie de Madame Simone Veil de toujours subtiliser les petites cuillères. Mais l’auteur ajoute la déportation avec son père, l’apprentissage avec ce seul repère familial. 

De l’auteure, je ne connaissais rien. Il me tarde maintenant de découvrir son oeuvre cinématographique.

L’image que je retiendrai :

Celle de la tomate et de l’oignon que le père donne à sa fille la dernière fois qu’il la voit.

Publicités

27 réflexions sur “Et tu n’es pas revenu – Marceline LORIDAN-IVENS

  1. Finalement, elle ne parle pas si longuement du camp, alors on lui pardonne de parler de ce que l’on connait. Je me suis surtout attachée à l’après camp, pour elle et sa famille. Une lecture indispensable.

    J'aime

  2. Je pense que ce genre de roman c’est bien pour ne pas oublier et pour découvrir ce que certaines personnes ont vécus…
    Par contre je pense que je ne pourrais pas lire ce genre de livre. Autant lire des films thrillers ça ne me dérange pas autant je suis un peu plus réservé concernant les romans dont l’histoire a réellement été vécues…

    Pour ce qui est de « la curiosité » oui il est pas mal et il donne une belle leçon mais en lisant le résumé je ne m’attendais pas à lire ce genre de roman…

    J'aime

  3. j’ai noté ce livre à sa sortie et puis il y a eu beaucoup de soucis et j’ai dû me rebattre sur des livres plus simples car je n’arrive pas à me concentrer.. à part mes 4 derniers commentaires car ces livres m’ont vraiment beaucoup plu.
    je passe d’un livre à un autre, sans terminer (je suis plongée dans le dernier Besson que j’adore mais je suis obligée de lire par petites doses, car ça percute au niveau émotionnel mais ça reviendra…

    J'aime

  4. Pingback: Marceline Loridan-Ivens, Et tu n’es pas revenu (2015) – Femmes de lettres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s