Le bourreau de Gaudi – Aro SAINZ DE LA MAZA

bourreau-gaudi

Actes Sud Editions, 3 septembre 2014, 664 pages

Résumé de l’éditeur :

Un corps en flammes est retrouvé pendu au balcon d’un des monuments les plus emblématiques de Barcelone, La Pedrera, d’Antonio Gaudi. Bien mauvaise publicité pour la ville à quelques semaines de la consécration par le pape de la Sagrada Familia. Les services policiers sont aux abois et réintègrent l’électron libre Milo Malart, révoqué par mesure disciplinaire.

Tandis qu’il enquête en binôme avec une jeune sous-inspectrice, qui semble tout droit sortie d’une série américaine à succès, les meurtres s’enchaînent selon un rituel immuable : toujours des membres de l’oligarchie barcelonaise, férocement mutilés au sein des édifices du célèbre architecte qui frit la gloire de la ville. Barcelone a vendu son âme au diable ; elle doit payer le prix de sa magnificence.

La chasse à l’homme est ouverte, mais qui cherche-t-on ? Un prédateur sadique assoiffé de vengeance ou la victime d’un système politique arrogant et corrompu, qui sacrifie les plus fragiles au faste tapageur de la ville et à sa manne touristique ?

Pour répondre, il faut d’abord décrypter le symbolisme ésotérique des oeuvres de Gaudi, aux formes proprement hallucinantes.

Mon avis :

MAGISTRAL !

Pour le premier roman policier de l’auteur, celui-ci entre directement dans la cour des grands.

Ce polar est mené de bout en bout fort intelligemment, on ne lâche pas un tel livre si bien écrit.

Tous les ingrédients sont là : pressions politiques, énigmes maçonniques, moeurs dissolues et presse à sensation, sans oublier une touche d’humour avec les tee-shirts de la sous-inspectrice, la futur ex-femme de Milo qui ne cesse de le harceler au téléphone, et la douleur non cicatrisé du héros.

Un roman riche avec pour toile de fond la ville de Barcelone (et un peu la Barcelonetta) et l’oeuvre incontournable du génie incompris de son temps, Gaudi.

L’auteur dresse un portrait d’une ville devenue une sorte de Disneyland autour des oeuvres de l’architecte. Ce qu’on ne pourrait lui reprocher. On sent tout de même un faible pour la Sagrada Familia, si bien décrite.

Avec les inspecteurs, on parcours les rues de la ville de fond en comble, des quartiers le plus chics aux quartiers touristiques. (Manque peut-être le Barrio Gotico, mais il n’est pas praticable en voiture).

LE roman policier de l’été.

L’image que je retiendrai :

Celle de la cellule d’enfermement des victimes, dessinée par Gaudi, et reproduite à l’identique.

Publicités

32 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Kidae dit :

    Ce livre a été adoré par tous les lecteurs de mon cercle de lecture qui l’ont eu entre les mains. Je vois que tu rejoins leurs avis ;-).

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Mais toi tu n’as pas aimé ?

      J'aime

      1. Kidae dit :

        Je ne l’ai pas lu ;-). J’ai eu quelques mois très chargés et n’ai pas pu participer aussi activement que je l’aurais voulu.

        J'aime

  2. Aude dit :

    il me tente bien.

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Une lecture très intéressante.

      J'aime

  3. hillerhodan dit :

    Gaudi est mort
    Mais qui terminera les travaux de la Sagrada Familia

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Tu peux participer à aider à finir le travaux, en allant la visiter.
      Bises

      J'aime

  4. Magistral = adjugé vendu 😀 Merci pour cette découverte !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      J’espère que tu seras comme moi sous le charme.

      J'aime

  5. gambadou dit :

    oui, adjugé, vendu !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi.

      J'aime

  6. Aifelle dit :

    Je l’avais noté suite au billet de Dominique, tu confirmes donc. Il est à la bibli, chouette !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      J’espère que la liste d’attente n’est pas trop longue.

      J'aime

  7. Savary dit :

    Tout ce que vous dîtes est juste et finement. Une petite nuance cependant, Le bourreau de Gaudí est le premier roman paru en France d’Aro Saínz de la Maza. Il en a écrit plusieurs, de grande qualité, mais ce ne sont pas des romans noirs.

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Merci à vous pour votre passage. Et merci pour ces précisions.

      J'aime

  8. Bérénice dit :

    Je découvre petit à petit l’univers des thrillers… et avec un résumé pareil et un avis comme le tiens, je ne peux qu’être tentée ! Ca va certainement être une chouette lecture !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Une lecture dans laquelle on apprend pleins de choses.

      J'aime

  9. manue dit :

    Ah c’est bien, tu connais son style.
    Tu as lu lequel ?

    J'aime

  10. alexmotamots dit :

    « Face à face », son dernier sortie en poche.

    J'aime

  11. Violette dit :

    je note déjà avec un titre pareil et à lire ton billet, il faut se jeter dessus! Vite!!!

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      A mon humble avis, le hit de cet été.

      J'aime

  12. Florinette dit :

    Waouh, devant tant d’éloges, impossible de ne pas en prendre note !! Bisous

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Et mon Cher et Tendre confirme.

      J'aime

  13. Anne Sophie dit :

    Tu dis Magistral, alors je le note dans ma wish list. Merci pour la découverte !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Tout le plaisir fut pour moi.

      J'aime

  14. Laure Micmelo dit :

    Un policier de l’été magistral, j’ai bien sûr très envie de le lire !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi.

      J'aime

  15. eveyeshe dit :

    pourquoi pas je n’ai encore rien lu de Gaudi donc une piste à suivre!

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Ce n’est pas de, mais sur Gaudi.

      J'aime

  16. Rhâââ, j’étais sûr de passer à côté d’un très bon livre en ne prenant pas le temps de le lire celui-là (alors que j’adore Barcelone et que le travail de Gaudi me fascine), ton avis enthousiaste ne fait qu’ajouter à mes regrets… Partie remise, j’espère !

    J'aime

    1. alexmotamots dit :

      Si tu veux, je peux te le faire passer (il pèse son poids, mais La Poste devrait s’en sortir). C’est LA lecture polar de l’été, à mon avis.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour la proposition, c’est super gentil ! Je crois néanmoins l’avoir quelque part dans un coin de mes étagères. Comme je viens de déménager, mes bibliothèques sont encore en désordre et je ne sais pas trop où je l’ai mis ; mais un gros machin comme ça, effectivement, je ne devrais pas avoir trop de mal à le retrouver 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s